Acheter du café vert : en coopérative ou en commerce direct ?

Actualité café

Avant d’arriver à votre tasse, savez-vous le chemin que parcourent les quelques grains auxquels vous tenez tant ? Le chemin acharné, long, difficile qui rend le café vert exceptionnel. En passant par une coopérative ou un commerce direct, nous vous expliquons.

Publié par Arnela le 4 janvier 2019
Partager

Avant que le café ne parvienne à la maison de torréfacteurs qui va cuire votre café, le café aura déjà passé des dizaines d’étapes.

Généralement, un torréfacteur fera appel à un importateur qui lui prendra contact avec une coopérative d’un pays producteur pour acheter du café. Qu’est-ce qu’une coopérative ? En quelques mots, il s’agit d’un rassemblement de plusieurs petits producteurs qui vous former ce qu’on appelle une coopérative. Celle-ci aura un directeur général prenant toutes les décisions, accompagné de plusieurs « assistants » ou « députés ».

En travaillant avec des coopératives, l’artisan-torréfacteur travaille ainsi :

Faire appel à un importateur de café pour lui acheter du café. En règle générale, l’importateur dispose d’un lieu de stockage de café où il y aura toujours du stock. Il ne s’agit pas du café acheté sur mesure. Les coopératives disposent de beaucoup plus de cafés en raison du rassemblement de petits producteurs.

Les Cafés Trottet sont des importateurs et torréfacteurs. Cela signifie que tout est réalisé chez nous : du choix du café à acheter jusqu’à la vente directe au consommateur. Lorsque nous souhaitons de grandes quantités, nous faisons appels à des coopératives dans plusieurs pays comme le Brésil ou l’Ethiopie. Ces pays rassemblent les petits producteurs du village pour collaborer ensemble en équipe en ayant pour but l’amélioration de l’économie du pays, avec de meilleures perspectives d’avenir.

Les coopératives fournissent toutes les informations nécessaires sur les cafés vendus : Lieu de production, ombrage, le nom des petits producteurs, durée de récolte, millésime, durée de floraison, âge de la ferme… Bref, nous avons toutes les informations comme pour un grand cru de vin. Les coopératives fournissent une traçabilité complète de l’objet avec une transmission de confiance de produit aux acheteurs.

En passant par les coopératives, les sociétés ne font pas l’objet d’un commerce direct avec le petit producteur, puisqu’existe l’étape de la coopérative : nous passons par la coopérative pour avoir les produits du petit planteur de la région. Pour des différents Grands Crus, nous allons faire appel à des coopératives.

Pour nos Cafés Rares de grande spécialité, nous communiquons directement avec le petit producteur, sans intermédiaire. Nous ne sous-traitons pas le travail du café à une coopérative ou une autre société. Cela se passe comme suit :

Connaissance du producteur ; connaissance du produit cultivé ; Torréfaction d’échantillon ; décision d’achat ; achat du café au petit producteur directement ; emballage à Meyrin ; vente au consommateur final, sans magasin intermédiaire.

Dans un commerce direct, les points négatifs pour le petit producteur sont les suivants : Il est livré lui-même. Il doit cultiver seule ou en famille, il ne sous-traite pas son produit, il doit faire face à ses propres frais d’entretien, production ou autre : il doit s’offrir lui-même les machines de traitement de café, il doit récolter ses cafés par ses propres moyens. Cependant, les points positifs d’un commerce direct : 100 % équitable puisque le petit producteur sait où va son produit, 100 % traçable. De plus, le petit producteur ne passant pas par une entreprise intermédiaire, il se donne le droit d’établir ses propres prix à l’acheteur-torréfacteur. Ainsi, le petit producteur est son propre chef, décide de son café, ses variétés, son prix, et prend en main son avenir ainsi que celui de sa plantation.

Le commerce direct se traduit par un programme sans intermédiaire, des meilleurs prix pour le petit producteur, une meilleure transparence de produit pour le client final, une relation honnête sur le long terme. C’est que ce nous établissons depuis des années, notamment aux côtés de Carole Zbinden par exemple.



Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *