Changement climatique et le café

Actualité café

Publié par Arnela le 13 janvier 2020
Partager

Le changement climatique et le café : Ce thème fait de plus en plus parler de lui depuis quelques années, et surtout en 2019. L’impact du réchauffement climatique est bien présent et touche chaque aspect de la terre : l’eau, les températures, les animaux, l’agriculture. Le thème qui nous intéresse aujourd’hui, c’est bien l’agriculture. En effet, notre agriculture est actuellement touchée par le changement climatique. Le changement climatique et le café sont deux thèmes fortement liés, mais pouvant être changés et améliorés dans un proche avenir.

 

Le changement climatique et le café se serrent les coudes : selon les dernières recherches, l’agriculture est fortement impactée par le réchauffement climatique au niveau des terres. On parle aujourd’hui d’une division par 2 des terres productibles d’ici quelques années si notre méthode de consommation et production ne change pas. Actuellement, les terres des producteurs sont déjà menacées, et les sols en paient déjà le prix depuis des dizaines d’années. Pourquoi n’en parle-t-on que maintenant ? A l’heure actuelle, notre pouvoir économique, écologique et social grâce à notre savoir-faire technologique et soutien nous permet de réagir et d’avancer en faveur d’une contre-attaque du réchauffement climatique. Le changement climatique et le café : comment somment-nous arrivés à une telle situation ? Découvrez les impacts sur les producteurs de café.

 

Dans le cycle de vie d’un arbre à café

Parlons science. Le changement climatique et le café ? Voici les impacts réels. Une fois planté, un arbre à café se développe dans ce qu’on appelle un cycle de vie. Ce cycle de vie est composé d’étapes comme la floraison (elle-même dispose de plusieurs étapes), croissance, développement, cerises… Chacune de ses étapes change en fonction de la température, la lumière appliquée et l’humidité sur place.

Actuellement, le réchauffement climatique a fortement augmenté les degrés durant ces dernières années : donc, les caféiers font face à des températures plus élevées, ce qui change complètement les méthodes de production, changeant ainsi le goût final et la qualité du café.

 

Durant le cycle de vie d’un arbre à café, il ne s’agit pas seulement d’une augmentation de température. Le changement climatique et le café sont au cœur du sujet, en raison des maladies de café. En effet, un caféier est très sensible et donc exposé aux maladies : la rouille par exemple. La rouille est une maladie qu’on appelle « rongeur » qui détruit les feuilles de caféiers sans que l’on s’en aperçoive. Non seulement nous subissons une dégradation de la qualité du café, mais l’investissement du producteur lui revient à perte. A noter qu’un caféier planté met 5 ans au minimum avant de devenir rentable.  

 

Les altitudes qui deviennent de moins en moins significatives…

Les altitudes de production sont scrupuleusement sélectionnées par les producteurs pour une raison : un développement lent des cerises pour une croissance optimale et densité complexes des grains. Une telle production en fait des cafés de qualité qu’on appelle de spécialité. Les producteurs s’en vont dans les hauts plateaux pour faire face à une température beaucoup plus basse ; on parle alors de plus de 1’300 mètres d’altitude au minimum. Le changement climatique et le café : un thème qui nous explique que même les hautes altitudes deviennent inexploitables.

 

La sécheresse, un débat qui fait mal au café

La sécheresse est l’une des conséquences les plus importantes dans l’agriculture. On parlera de production de café, mais de cacao également, et d’autres productions agricoles. La sécheresse agricole détériore la qualité des sols, la qualité d’eau et d’oxygène. La sécheresse soit le changement climatique et le café dont des thèmes à surveiller de près, car à forte dose comme actuellement, les fleurs de café « avortent » sans le vouloir, l’avortement agricole peut se réaliser même à la fin du cycle de caféier (jusqu’à la récolte). Les rendements baissent pour les producteurs, eux qui sont près de 80% à être des familles dépendantes du café, par pays, à travers le monde.

 


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *