JOUR 3 AU COSTA RICA (partie 2) – UNE JOURNEE RICHE EN EMOTION

Nos producteurs

Immersion dans les plantations El Quizarra de notre productrice Carole Zbinden

7h. 2ème réveil au Costa Rica est toujours émerveillées par la vue.

On se dépêche d’aller prendre notre petit déjeuner, car ce matin Carole Zbiden, notre productrice de café « El Quizarra » et son frère viennent nous chercher à l’hôtel. Au programme de cette journée ? Visite de la Finca (= une ferme) El Quizarra, visite à l’école Jose Manuel Herrera Salas, et immersion dans les plantations de café !

Publié par Ines le 19 avril 2018
Partager

10h. Nous voici bien arrivées à la Finca El Quizarra, à 1400m d’altitude. Encore une fois, époustouflant. 14 hectares de plantations de caféiers. On y trouve des variétés de Caturra, Catuai, Villa Sarchi, Maragogype, Yellow Caturra, et Pacamara.

La plantation de Carole se situe dans la Vallée Centrale du Costa Rica, entre deux flancs : le Volcan Poas et le Volcan Barvas. Finca El Quizarra est une petite/moyenne plantation familiale, et Carole et son frère son la 3ème génération de caféiculteurs. Carole produit environ 1000 sacs de cafés verts par an. Ici, les plus grosses entreprises de café sont les coopératives, très répandues au Costa Rica.

Carole apporte une grande importance a la nature. En effet, pour cultiver ses caféiers elle utilisent l’eau de pluie naturelle (pas d’arrosage artificiel), la chaleur du soleil pour varier les procédé de séchage de ses cafés, la pulpe des cerises de café retiré par la laveuse pour faire du composte et s’en servir comme engrais pour ses arbres, et le bois des caféiers de 25 ans (trop vieux pour produire) pour chauffer le four de la Guardiola (sécheuse de café). Elle n’utilise pas de pesticides, mais est obligé d’utiliser des fongicides contre les champignons très virulents ici au Costa Rica, son café décaféiné est également naturel puisqu’il provient d’une espèce de caféiers qui produit beaucoup moins de caféine.

Carole emploie des saisonnier pendant la période de récolte. Ces travailleurs logent avec toute leur famille sur la Finca. Chaque employé se voit une ligne de caféiers attribué. Les enfants peuvent aider les parents, mais ils ne sont pas obligé, et ne sont pas rémunéré s’ils apporte leur aide. Les cueilleurs travaillent du lundi au samedi, de 6h à 13h30 car l’après midi pendant la saison des pluies il y a les orages. Le « Rio » Quizarra (comprenez la rivière Quizarra)  donne son nom à la plantation de caféiers et donc, finalement, au café.

Nous avons donc visité le bénéficio (= le moulin) de Carole, qui se trouve sur sa plantation.

1ère étape le moulin. Carole nous présente la « medida » le centenaire de mesure des cerises de cafés. Une fois les cerises de café réceptionnées, elles passent dans le dépulpeur, pour enlever la pulpe donc. Ensuite les grains sont soit lavés soit directement envoyés au patio, l’endroit où ils sèchent au soleil. Une fois sec, les grains vont être triés par poids et densité, puis séchés dans le four. Ses grains de café verts sont ensuite mis en sacs et entrepose dans la cave à café vert, avant d’être expédier pour la vente aux torréfacteurs. Carole a également son laboratoire d’humidité afin de contrôler si toutes les graines de café contienne bien 10% d’humidité. Ni plus, ni moins.

Au cours de cette visite, nous avons pu voir les plantations mais aussi les grains de café verts que Carole va nous expédier en Mai. Nous commercialiserons ces cafés en Juillet, après les avoir torréfier nous même.

14h. Carole nous a préparé une belle surprise pour terminer l’après midi : une balade en quad dans la plantation de café ! C’était génial !

16h. Une fois rentrées à l’hôtel nous sommes allé profiter de la piscine. Malheureusement il s’est mis à pleuvoir à ce moment là.

18h. Du coup, changement de programme ! On s’est dit qu’il serait fun de faire un peu (« un peu » mais bien sûr…) de shopping au Costa Rica. Ici, ce qui est super c’est que tous les commerces sont ouverts jusque 22h ! Nous sommes donc allé au City Mall, un immense centre commercial sur plusieurs étages au style américain. Et, nous avons craqué pour pas mal d’articles ! De la déco, des accessoires, des vêtements…

22h. Retour à l’hôtel. Nous sommes très fatiguées ce soir, sûrement à cause du décalage horaire. On a donc commandé un room service à l’hôtel, pour se repose un peu pour la journée, très chargée, qui nous attend demain !

  • Le truc à voir :
  • -Tortuguero, un parc national accessible seulement par bateau ou par avion, où vous pouvez observer de nombreuses espèces d’oiseaux dans leur habitat naturel.
  • La bonne adresse :
  • -City Mall – un grand centre commercial à l’américaine où vous pourrez faire du shopping, et craquer devant des boutiques beaucoup trop mignonnes.
  • Ce que nous avons appris :
  • Il existe des cerises de cafés à une graine; les « caracoles » ou « pea berrys » en anglais. Ce café est beaucoup plus odorant que les cafés provenant de cerises à deux graines. Il contient encore plus d’arômes.
  • Les grains de café rejetés par le moulin à cause de la densité et/ou de la taille sont revendus sur le marché local.
  • Le Costa Rica est un pays sans armée depuis 1948. L’école primaire y est obligatoire. C’est aussi le pays de l’Amérique Latine avec le plus haut taux d’alphabétisation. Les élèves peuvent donc viser des métiers à plus haute valeur ajoutée, dans le domaine du tourisme ou du service par exemple.
  • Les écoles ressemble à des « prisons » dans la mesure où elles sont grillagées et entourées de barbelés. C’est en fait une sécurité et une sureté pour protéger à la fois les enfants mais aussi pour protéger le matériel des vols.
  • Il y a beaucoup de vol de matériel au Costa Rica, mais pas de violence. Exemple contraire, au Guatemala nous n’aurions pas pu nous promener seules dans la rue, ou seules dans la voiture. Nous aurions eu besoin d’un chauffeur, et, limite d’un garde du corps.
  • Les oiseaux sont très différents au Costa Rica. En effet, se sont des oiseaux de passages et non locaux, du fait de leur migration du nord de l’Amérique vers le sud de l’Amérique.
  • Traditionnellement au Costa Rica, les producteurs de cafés donnaient leur café à de grandes coopératives pour que ces gros groupes produisent en masse du café origine Costa Rica
  • Nous sommes venues au Costa Rica dans la saison sèche, mais c’est la période de fin de l’été.
  • La saison des pluies commence en Mai et se termine en Novembre.
  • « La Careta » (charette en francais) est typique du Costa Rica. En effet, la première exportation de café du Costa Rica, en 1820, s’est faite à l’aide de boeufs qui tiraient la careta jusqu’au port.
  • Cette careta était, avant, l’image sur les billets de 5 colones.
  • Le Théâtre National de San Jose est une copie de l’Opéra de Paris. En effet grâce aux richesses gagnées avec l’exportation du café, le pays a pu construire ce bâtiment.
  • Le flan à la coco est une spécialité du Costa Rica.
  • Il y a deux types de vaches ici : celles avec les oreilles tombantes et une bosse sur le dos, et celles similaires aux vaches européennes. Les premières sont élevées pour leur viande, et les secondes pour leur lait. Avec Lisa, nous avons trouvé que le goût de la viande différait du goût que peut avoir un steak européen.
  • Il y a énormément d’agriculture au Costa Rica : plantations de bananes, tomates, riz, cannes à sucre, ananas, mangiers… et même des fraises et des mures, qui poussent en haute altitude.
  • La plupart des commerces au Costa Rica sont ouverts jusque 22h.
  • Au Costa Rica il y a des lycées français, des collèges allemands, des collèges américains, ainsi que des écoles publiques. Mais il est préférable d’envoyer ses enfants dans une école privée, mieux réputée.
  • A DEMAIN !



Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *