« Peut-on enseigner l’entreprenariat responsable ? » Retour sur la conférence de l’OVSM

Evènements

L'OVSM a été créé en 1999. Depuis cette date, de nombreuses activités solidement enracinées dans une volonté de faire progresser la recherche et la pédagogie dans les domaines des valeurs de la stratégie et du management, mais aussi dans un contexte "digitalisé" ont vu le jour dans le cadre de l'Observatoire des Valeurs de la Stratégie et du Management .

Ainsi que l’indique son logo, l’OVSM est un espace de rencontre entre les trois mondes économiques, académiques et estudiantins. La synergie entre des acteurs de ces trois sphères pleinement impliqués a permis de développer notre concept original. Ensemble, ils observent les mutations économiques et sociales, et ils définissent les actions commerciales et stratégiques à conduire pour rester proactif dans un environnement évolutif.

Aujourd’hui, l'Observatoire est porté par 12 des entreprises les plus représentatives du tissu économique suisse et une équipe de recherche participent activement à son développement.

Publié par Ines le 20 juin 2018
Partager

Mercredi 25 Avril 2018,

19heures.

L’auberge de La Mère Royaume, Genève.

 

Nous avons eu la chance d’être invités par Mme. Michelle Bergadaa, professeur à l’Uni de Genève et directrice de l’OVSM, au dîner à thème « Peut-on enseigner l’entreprenariat responsable ? » Lors de cette soirée, ses étudiants vont nous présenter la réalisation de leur Projets Responsables, accomplis durant leur année d’étude.

Partageant la même vision d’un commerce de redistribution, et considérant l’éducation de la jeunesse genevoise primordiale, nous avons accepté l’invitation avec plaisir.

Voici le sommaire de cette soirée :

I. Présentation du modèle de « Projets Responsables » et bilan des 5 ans d’enseignement par Michelle Bergadaà.

II. Témoignage de trois étudiants qui ont créé des ONG (dans le cadre du cours de « Projets Responsables ») pour aider des écoliers à conduire à bien leur scolarité dans un pays en voie de développement.

III. Yoann Buyck (2012), Loredana Saltini (2014) et Isacco Saracchi (2016), répondront à nos questions pour définir en quoi nous pouvons/devons aider notre relève à acquérir des compétences spécifiques pour devenir les entrepreneurs de demain. Des entrepreneurs responsables, bien entendu.

IV. Dîner convivial et échanges divers.

 

I. Présentation du modèle de "Projets responsables" et bilan des 5 ans d'enseignement par Michelle Bergadaa.

Il y a maintenant 6 ans que la professeur Michelle Bergadaa s’est dit qu’il serait intéressant de créer des ONG dans le but d’enseigner une éducation durable à ses élèves. Le but principal étant d’apprendre aux étudiants de s’occuper de quelq’un d’autres (exemples  s’occuper d’enfants au bout du monde qui n’ont pas la chance d’avoir un accès à l’éducation).

L’objectif de ce projet est de transformer les étudiants en entrepreneurs.

Les étudiants suivant le cours de Mme Bergadaa profitent donc d’un apprentissage multi-compétences. Ils assistent en effet aux cours théoriques, puis aux cours pratiques avec les « Projets Responsables » dont le but est de rendre pérennes les ONG créées.

Par exemple, c’est la 4eme année que l’association d’aide aux enfants du Népal assure une redistribution et reste pérenne. L’ONG demeure, mais ses membres sont les élèves des nouvelles promotions chaque année.

Plus concrètement, ce qui est demandé aux étudiants c’est ça :

créer une marque, créer un site web, produire des vidéos, s’exprimer en public, effectuer des levées de fonds, s’organiser en équipe opérationnelle, construire une communauté à travers les médias, animer les réseaux sociaux, bâtir un projet durable, structurer une image de marque, construire un pitch convainquant, fédérer par l’événement, réaliser une storytelling, en bref tout ce que l’on voit dans l’entreprise mais pas à l’université.

 

 

 II. Témoignage de trois étudiants qui ont créé des ONG (dans le cadre du cours de "Projets Responsables") pour aider des écoliers à conduire à bien leur scolarité dans un pays en voie de développement. 

 

Exemple d’ONG : I help -> L’association finance le salaire d’une éducatrice en Bolivie.

 

  • YOAN :

« On apprend pas par coeur. On apprend par corps »

 

Il a commencé l’aventure des Projets Responsables dans l’association Tiny Smart Group. L’objectif de cette ONG est de financer l’achat de bancs et de pupitres pour une école à Madagascar.

 « les murs sont là uniquement pr stopper ceux qui ne peuvent pas les franchir »

Selon Yoan, les étudiants apprennent à savoir faire preuve d’ingéniosité pour contourner et franchir les murs : c’est  ce qu’apporte le cours pluridisciplinaire comme le Droit, le Management, la Philo ainsi que la proximité avec l’enseignant. C’est de cette manière qu’ils apprennent à etre leaders et humbles, à se révéler et se remettre en question.

Yoan souhaitait soulever et décrire comment se passe le cours des Projets Responsables: il n’y a pas d’examen. La réussite est jugée sur les solutions trouvées pour chaque obstacle auquel se sont retrouvés confrontés les étudiants. Pour parler grossièrement, plus ils ont galéré, mieux ils ont réussi.  Les étudiants n’apprennent pas par cœur mais appliquent ces concepts d’entreprenariat. Pour Yoan, c’est de cette manière qu’on apprend.

Aujourd’hui Yoan est coach pour les étudiants à l’Uni de Genève et passe son master en gestion du sport.

 

  • CORENTIN :

le film « White Knight » nous a été présenté. Ce film a été réalisé par un groupe d’étudiants de cette année. On y retrouve Corentin, qui dance de manière évolutive.

« L’objectif de cette vidéo : casser les codes des vidéos classiques. »

A travers sa dance, Corentin voulais faire une métaphore de la douleur. Ensuite, la main salvatrice est le symbole de l’aide apporté à l’enfant népalais grâce au création de l’ONG White Knight. Sa dance représente dans un premier temps la tristesse, puis la joie, et enfin une levée en puissance et une ascension.

Le message de cette vidéo est donc : « Aidez ces personnes; devenez cette main salvatrice »

 

 

 

 

III. Yoann Buyck (2012), Loredana Saltini (2014) et Isacco Saracchi (2016), répondront à nos  questions pour définir en quoi nous pouvons/devons aider notre relève à acquérir des 
compétences spécifiques pour devenir les entrepreneurs de demain. Des entrepreneurs 
responsables, bien entendu.

 IV. Dîner convivial et échanges divers.

 Crédit photo

Mr. Daniel Delmas

Sources

 

Conclusion 

 

A la question « Peut-on enseigner l’entreprenariat responsable ? Les élèves de l’uni de Genève vous répondent un grand « OUI » grâce aux cours de la Professeur Michelle Bergadaa.



Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *