PORTRAIT DE CAROLE ZBINDEN, NOTRE PRODUCTRICE DIRECTE DE CAFE

Nos producteurs

Carole Zbinden est notre productrice de café « El Quizarra », nos Cafés Rares originaires du Costa Rica.

Elle a effectué l’école primaire et secondaire au lycée français « Liceo Franco Costaricien » au Costa Rica, car ses parents étaient propriétaires de la plantation El Quizarra, au Costa Rica. Elle a ensuite poursuivi ses études supérieures en Suisse, à l’école hôtellerie de Lausanne, durant quatre années.

Carole s’est ensuite épanouie dans une profession hôtellière, puis une profession immobilière, au Costa Rica. Elle a repris la propriété familiale, il y a 7 ans seulement.

Publié par Ines le 3 mai 2018
Partager

 

Qu’est ce qui a donné envie à Carole, de reprendre la plantation de café ? 

Il faut savoir que, Laurent, le frère de Carole, est ingénieur agronome en Suisse. Lorsque le père de Carole a demandé « qui reprend la propriété ? » Laurent a répondu qu’il était trop loin et déjà installé avec sa femme. Carole exerçant son activité au Costa Rica, c’est donc elle qui a repris l’affaire.  Elle souhaitait que la propriété sur laquelle le café est cultivé depuis 1960 reste dans la famille. Aujourd’hui, Carole ET son frère (car il a hérité d’une partie de la plantation et rend visite à Carole chaque année pour l’aider) sont la 3ème génération sur la Finca El Quizarra.

Notre productrice d’origine Suisse s’est donc lancée et à décidé d’apprendre le métier de caféiculteur. Elle reprend la plantation familiale MAIS avec LA CONDITION de changer la commercialisation.

10 en arrière s’est produite « la 3ème vague de café ». Cette vague, c’est l’engouement des torréfacteurs pour le terroir, l’origine et la variété du café. Carole a donc pensé qu’il serait super intéressant de reprendre la plantation afin de se rapprocher de plus en plus du consommateur final et de ses attentes.

Elle a alors installé son propre moulin (el beneficio) sur la plantation et fait elle-même tous les processus relatifs aux traitements du café, toujours de manière artisanale et dans une optique de qualité. C’est de cette façon qu’elle offre un excellent produit qualitatif aux torréfacteurs. De cette manière, Carole conserve un lien avec sa profession initiale, l’hôtellerie, avec les aspects de services et de produits du terroir. Son souhait le plus cher est que le client valorise l’expérience de son café, El Quizarra.

Cette entreprise fut un vrai challenge. En effet, c’est seulement il y a 3 ans, que notre productrice a  commencé à developper son projet de specialty coffees (les Cafés Rares). C’est aussi 3 ans auparavant qu’elle a construit le moulin et choisi les machines pour les différents traitements du café alors qu’elle a débuté la conceptualisation du projet il y a 10 ans. Cela a pris 3 ans à Carole pour obtenir les permis légaux et acheter le matériel. Aujourd’hui, elle dépulpe, sèche, classifie et commercialise elle-même ses cafés afin de ne pas dépendre d’une coopérative.

 

Quelles variétés notre productrice cultive-t-elle sur la Finca El Quizarra ?

Carole cultive plus de 30 parcelles avec différentes variétés et des caféiers d’âges différents. On retrouve, entre autre sur sa plantation, les variétés Caturra, Catuai, Villa Sarchi, Caturra Amarillo, Pacamara et Maragogype.

Mais d’ici 2019, elle va produire une toute nouvelle variété lancée par l’ICAFE  (l’institut du Café du Costa Rica): la variété Catigua MG2. Cette nouvelle plante résulte d’un croisement de plusieurs variétés, afin d’être la plus productive possible et résistante aux maladies locales, comme « la roya » par exemple. C’est une maladie qui descend du Mexique est a fait son apparition au Costa Rica en 2012. Il s’agit d’un champignon qui ronge les feuilles de caféiers et empêche la plantes de puiser, dans le sol, les nutriments nécessaires à sa productivité.

Au niveau de l’ombrage, Carole a utilisé les arbres de Porro. Ce sont des arbres qui ne sont pas concurrentiels envers les caféiers, et qui ne nécessitent pas des mêmes nutriments que les arbustes. En effet, chaque terroir doit avoir une quantité spécifique d’arbres à planter en fonction de son exposition solaire. Les plantations basse altitude ont besoin de plus d’ombrage que les plantations de haute altitude. Les plantations de basse altitude ont besoin de plus d’ombrages que les plantations de haute altitude. Etant située à 1400 mètre d’altitude, la Finca El Quizarra n’a pas besoin de beaucoup d’ombrage, en raison des conditions climatiques fraîches le soir, qui rafraîchissent la plantation.



Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *