Réchauffement climatique : nos petits grains de café subissent

Actualité café

Réchauffement climatique et le café : comment s’y retrouver ? Nous parlons de plus en plus de ce phénomène informant que le café vit une transition difficile dans les pays producteurs en raison de l’augmentation des degrés de température. A quelques degrés près, dans quelques années, il ne sera plus possible de demander son café comme aujourd’hui.

Publié par Arnela le 4 janvier 2019
Partager

D’ici 30 années, les petits producteurs devront répondre à une plus grande demande de café. Malheureusement, depuis environ 10 ans, ces derniers souffrent aussi du réchauffement climatique. Alors, comment répondre à la demande ?

Nous le savons : les pays producteurs principaux sont le Brésil et le Vietnam s’obligeront, prochainement, à changer de tactique de production. En effet, café produit en moyenne altitude, ce sont les premiers touchés par la crise du réchauffement. Les petits producteurs, bien qu’ils soient en hauteur à des altitudes de plus de 1’800 mètres parfois, ils sont également frappés par ce phénomène menaçant ainsi leur produit familial, social, économique et financier.

D’ici 30 années, si nous poursuivons ainsi avec le réchauffement climatique, la production de la variété Arabica se verrait chuter de sa presque totalité de production. Il resterait environ 10 % de productivité possible, en Amérique. D’autres pays en Afrique, en augmentant encore la température de quelques degrés (cela se joue à très peu), se verront perdre leur tradition familiale qu’est le café.

Catastrophe

Il s’agit clairement d’une catastrophe touchant la production mondiale du café. D’ici 2050 à 2060, le café ne sera disponible qu’en faible quantité et pour très peu de clients. Le saviez-vous : Le café représente plus de 100’000’000 d’emplois à travers le monde ? Et saviez-vous que parmi nos 100 millions d’employés, 2/3 sont des petites familles, petits producteurs disposant de moins de 10 hectares de production ?

Le changement climatique agresse principalement l’Arabica, plus fragile. Le Robusta, cultivé en basse altitude pour protéger d’autres variétés comme l’Arabica, est quant à lui, plus résistant aux maladies, à la rouille, ou au réchauffement climatique.

Produire ailleurs, invraisemblable !

Comment reconnaître un réchauffement climatique dans un pays producteurs ? On le constate principalement par une délocalisation de producteurs. En effet, sur le lieu lui-même, le petit producteur, livré à lui-même face aux intempéries, températures etc, voit son produit quitter la zone. Il sera produit dans d’autres zones, qui étaient, elles, incapables de produire le café auparavant. Dans les pays comme le Portugal au sud de l’Europe, le réchauffement climatique y amènera le produit du café, ne pouvant plus pousser dans ses terres d’origine. Il y a là un déplacement de production.



Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *