Coopérative Café Baho

Nos producteurs

Publié par Arnela le 2 novembre 2021
Partager

La coopérative Café Baho est en réalité une idée de famille, celle de Rusatira. Avec plus de 15 années d’expérience dans le domaine du café de spécialité, la famille Rusatira décide de mettre en place sa propre station de lavage, pour soi-même, mais également pour d’autres producteurs du village. Encore aujourd’hui, la famille exploite tous les processus de traitement du café pour obtenir, à chaque fois, des profils organoleptiques différents et uniques.

Pourquoi Café Baho ?

Baho signifie « Sois vivant, soir fort, n’abandonne pas ». C’est une importante source de motivation pour la famille et les autres agriculteurs de la région. La famille Rusatira explique que son processus du café est à chaque fois une expérience unique et individuelle. Son café traité par voie nature détient la plus longue période de séchage naturel au soleil, soit 4 à 5 jours. C’est ensuite que les cerises seront séchées et retournées au soleil, au sol ou sur des lits africains, toutes les trois heures.

Un taux d’humidité à ne pas sous-estimer

La famille Rusatira mise sur une humidité en moyenne de 11 à 13%, qui se réalise grâce aux mouvements de séchage au sol ou lits africains. Lorsque les cerises s’approchent de 17% en taux d’humidité, le processus de séchage est alors terminé, car l’exposition au soleil peut modifier le goût du café. Depuis la récolte jusqu’à l’export final du café de spécialité, la coopérative Café Baho travaille durant 40 jours pour développer les profils organoleptiques d’exception.

Connaître la région

La coopérative Baho de la famille Rusatira se situe dans le district Nyaruguru, sans le sud de la Province du pays. La récolte se déroule d’avril à juin, et près de 1’000 agriculteurs collaborent avec la famille Rusatira. La station de lavage et traitement se situe à 1’500 mètres d’altitude, tandis que les caféiculteurs cultivent leur meilleur grain jusqu’à 1’850 mètres d’altitude. Chaque agriculteur produit du bourbon rouge sous trois process : nature, honey, lavé. Chaque producteur dispose en moyenne de 180 arbres à café dont ils gagnent un revenu.

 


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.