Grand Cru du Salvador, Volcan del Chingo

Actualité café

Découvrez la sélection du Grand Cru de la semaine, une spécialité incroyablement délicieuse.

Publié par Arnela le 17 juin 2019
Partager

Retrouvez la sélection de la semaine pour découvrir un café exceptionnel. Produit au cœur de la jupe du volcan del Chingo, il s’agit d’une sublime plantation familiale que nous avons dans la production de ce Grand Cru. La famille sur place produit du café de spécialité depuis plus de 100 ans. Le sol de la plantation est composé de richesse et fertilité, pour une production saine, douce et incroyablement aromatique.

Le café de spécialité y est produit par Humberto Barrera, un producteur ayant repris la plantation de sa famille, a revu toute la production des Grands Crus sur place pour y mettre sa touche personnelle et unique. Humberto trouve des idées pour réaliser des Grands Crus toujours de plus en plus beaux et doux en bouche, avec une complexité unique par café.

Humberto joue particulièrement sur l’ombrage des cafés, car oui, jouer avec l’ombrage influence de manière importante la pousse du café. Le café protégé grâce aux autres arbres qui y font l’ombrage voit sa pousse et son développement ralentir. Un ralentissement important du développement de la cerise de café permet de développer une meilleure complexité du café, et ainsi le rendre plus rare en matière de goûts, saveurs et arômes.

Humberto ne voit pas sa production comme un commerce, mais comme une passion : Humberto joue sur le café de spécialité et la rareté qu’il puisse apporter dans la liste des Cafés Spéciaux. Il ne joue absolument pas sur la quantité du café pour y faire son commerce. Ainsi, Humberto prévoit chaque année d’investir dans le développement de ses cerises de café par variété afin d’être l’unique producteur avec l’unique goût du pays. On adore ses cafés aromatisés.

Humberto Barrera produit à El Salitre, à Volcan Del Chingo. Contrairement à ce que l’on peut penser, Humberto n’investit pas dans de nouvelles plantations d’arbres, mais jouent sur l’entretien d’arbres qu’il a planté depuis plus de 70 ans. C’est une manière rare de travailler, puisqu’un caféier développe des difficultés de rendement à partir de 25 ans. Humberto aurait donc des doigts de fée…



Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *